La nuit qui a suivi le discours de Macron – que je n’écoute généralement pas mais dont mon homme et mes proches me rapportent les conclusions essentielles -, voilà le rêve que j’ai reçu.

Je sors d’une maison et arrive dans la rue. Une personne apparemment familière dans le rêve ramasse les déchets qu’elle trouve et les mets dans un grand sac-poubelle. Je trouve cela enthousiasmant et je me joins à elle. En marchant ainsi et en épurant les rues, je réalise avec plaisir et évidence que nous sommes des centaines. Je ressens une profonde admiration pour le pays où je vis et je me dis que c’est ainsi que tous devraient manifester la vraie insurrection : par l’épuration des déchets personnels et collectifs, rassemblés et unis dans une intention commune.

Les rêves sont mes intimes les plus précieux. Parce que loin de la polémique, du séparatisme, de l’émotionnel qui décentre ou du parti pris… Ils parlent toujours de l’essentiel et du symbolique sous l’ardent, du sens profond sous le chaos.

Vivre le non, la révolution, le passage vers un nouveau monde en prenant la responsabilité que nous avons si longtemps rejetée a l’extérieur : faire face à son ombre et trier ses déchets : quelle part de moi juge encore ? Et qui juge-t-elle ? Quelle part de moi a peur de l’intimité ? Quelle part de moi réagit à partir de ses blessures ? Quelle part de moi contrôle et fuit pour mieux se protéger ? Quelle part a peur de s’affirmer, laquelle a peur de ne pas être juste, Etc…

Voilà pour moi la véritable insurrection. Sortir dans nos rues intérieures et épurer, reprendre nos déchets là où nous les avons abandonnés par le passé, au travers des rencontres et des événements qui nous ont marqués. Trier, assumer, déconstruire, se rassembler avec toutes les parts de soi pour être plus juste, plus aligné, plus conscient, plus a l’écoute, plus libre du regard de l’autre, de ses attentes, de ses jugements, de sa désapprobation, de ses critiques. Plus libre d’être aligné de cœur et d’acte avec ses valeurs profondes, tout en intégrant en nous ce qui n’en fait pas partie.

​C’est autrement plus difficile que de se situer dans un camp pro ou contre. Autrement plus exigeant que de débattre et comparer. Autrement plus transformateur et initiatique que tout ce qu’il se dit au dehors.

Ainsi voici ce que ce rêve m’invite à nous souhaiter : que le brouhaha et le chaos élèvent davantage notre silence. Que la frénésie appelle notre guru intérieur. Que la séparation nous engage un peu plus envers nous-mêmes pour sortir du jeu d’échec et redevenir le joueur. On se joue de nous ?… Alors prenons la responsabilité des parts de nous qui aiment faire partie de l’échiquier et dépendre d’un joueur extérieur.

Quel est pour moi le sens de ce chaos actuel et de ce rêve qui vient l’éclairer ? Un appel à l’autonomie véritable et à la liberté profonde : celle qui se libère des attentes infantiles vis-à-vis de l’extérieur. L’une après l’autre, comme des canettes, des emballages et des mégots de cigarettes abandonnés dans les rues. La prise de pouvoir et la folie ne s’inventent pas toutes seules : elles viennent puiser leur énergie et leur nourriture dans les ombres du collectif. Tant que nous cachons ces espaces de nous par peur d’être blessés, abandonnées, jugés, rejetés… L’extérieur et les dirigeants de ce monde ont le pouvoir sur nous. Si nous nettoyons nos rues et nos allées, aucune peur ne pourra plus nous paralyser et nous enfermer.

À votre tour : je vous encourage de tout mon cœur à choisir la voie de l’éveil qui ouvre le troisième œil ; celui qui sort de la vision duelle pour refaire union avec l’origine du jeu… Reprendre sa place divine et s’engager vis-à-vis de cette réunification intérieure. Vos rêves à vous aussi vous parlent chaque nuit. Que vous disent-ils de ce qu’il se passe actuellement ? Vers quelle direction vous engagent-ils ? Quels déchets vous enseignent-ils qu’il est temps de trier ?

Ne perdez pas toute votre énergie à ce qui la dévore à l’extérieur. Écoutez votre inconscient et apprenez son langage ! Apprenez à vous connaître en profondeur pour ne plus entrer de façon systématique dans le triangle terrifiant du bourreau-victime-sauveur qui réduit en miettes nos relations. Si vous souhaitez apprendre une nouvelle langue qui pourrait vous sauver au sens le plus symbolique et profond qui soit… Vos rêves offrent une voie qui enseigne cette langue de votre âme.

Et vous, de quoi rêvez-vous ces temps-ci ? Je vous souhaite de chercher le sens de votre labyrinthe intérieur et d’en trouver le cœur.

Qui suis-je ?

Amala Klep Kremmel est autrice et initiatrice pour les femmes. Co-fondatrice du Centre Duo MoonDo, dans le Sud-Ouest de la France, elle y accueille des groupes et individuels avec son mari, afin de les accompagner dans leur transformation individuelle. Amala est la fondatrice de l’École des Éveilleuses du Féminin, école contemporaine des Mystères pour les femmes. Elle est aussi maman, yogini et artiste. 

Ce que je fais

Contactez-moi

12 + 10 =

Mes coordonnées

Adresse

Genval, Belgique

Suivez-moi

Recevez directement votre code d’accès personnel

Votre adresse email :