Avez-vous entendu parler de l’Inquisition et de son tribunal pour lutter contre l’hérésie ? Et de la chasse aux sorcières ? Des persécuteurs de Jésus Christ ?

C’est amusant de lire ce texte biblique et de constater à quel point l’histoire de Jésus-Christ que revendique le pouvoir religieux de nos jours, est proche de la situation dans laquelle tout.e éveilleur.se se retrouve actuellement…

Il est sûr que Jésus a souvent franchi la ligne jaune en se démarquant d’une obéissance servile aux traditions et à la loi. (…) Surtout, il affirme, en termes nouveaux, sa proximité inouïe avec Dieu. Jésus est un homme libre. Dans toutes ses démarches, Jésus se révèle un homme libre qui n‘a peur de personne, ni des autorités, ni de ceux qui n’ont que le mot «loi» à la bouche. Il secoue les consciences et conteste les façons de vivre.
Les gens libres font peur car ils dérangent. Ils sont perçus comme subversifs par l’autorité, dangereux pour l’ordre établi. Pour les faire taire, il faut les mettre à l’écart et si possible les éliminer.
Les ennemis de Jésus l’ont bien compris. Jésus ne peut pas continuer à agir et à parler comme il le fait. Il doit mourir. Au grand Conseil « tous prononcèrent qu’il méritait la mort ». Mc 14,64

N’est-ce pas précisément la situation que nous vivons aujourd’hui ? Celle d’un État avec ses lois arbitraires et absurdes, ses restrictions dignes d’une Inquisition et sa persécution dont les conséquences s’abattent sur la vie de chacun.e, cloisonnent les jeunes et empêche les libéraux et les indépendants de vivre de leur passion ? N’est-ce pas une forme de persécution des métiers qui ouvrent les frontières et les esprits, des métiers qui innovent, font réfléchir et SURTOUT remettent leur responsabilité individuelle entre les mains des citoyens ?

 
Être éveilleuse ou éveilleur aujourd’hui, c’est faire un métier de transmission, de guérison, de partage. C’est enseigner aux citoyens le moyen de se guérir eux-mêmes par des médecines naturelles, c’est enseigner à trouver son plaisir par soi-même et ne plus dépendre des autres, c’est oser ses rêves et les suivre sans se laisser brimer par la diabolique « réalité » dont les règles sont créées de toute pièce pour garder la main mise sur la population…
 
Rêveurs, rêveuses, je fais appel à votre intuition et à votre sagesse ! Est-ce naturel de ne plus s’approcher, de ne plus s’aimer, de ne plus se faire confiance ? Comme le dit si bien Grand Corps Malade dans sa chanson « Essentiel », toutes ces petites choses dites « non essentielles » ne sont-elles pas précisément ce qui nous met en joie, en VIE ? Même si vous ne vous souvenez pas toutes les nuits de vos rêves nocturnes, comment vivriez-vous le fait de ne plus être autorisés à rêver du tout ? De nuit comme de jour ? « Dangereux / Subversif / trop libre / risque d’entreprendre des choses par soi-même / Risque de changer ses habitudes / Risque de réaliser qu’il passe à côté de sa vie / Risque de vouloir connaitre son corps et choisir ses médecines en conscience… ». Risque de ne plus être manipulable, en somme…?
 
Si Jésus est un symbole officiel de notre société occidentale, comment se fait-il que les personnes qui suivent son exemple en étant libres et le cœur ouvert, soient à nouveau pointés du doigt comme l’a fait Ponce Pilate en s’en lavant les mains ? Aujourd’hui, ces personnes sont dites « non essentielles », hier n’était-ce pas « juives », « sorcière », « hérétiques »… Non essentiel est devenu le décret de mort contemporain pour tant d’indépendants et d’entreprises depuis un an.
 
Quand on choisit d’être libre on déplait. N’est-ce pas Seigneur Jésus ? Quand on choisit de ne plus plaire, on devient dangereux. Quand on fait des choix qui manifestent notre solidarité avec l’être humain, on nous ôte nos publications et nos moyens de communication sur les réseaux sociaux. Quand on parle d’amour, de conscience et d’éveil, on sourit avec sarcasme et on nous traite d’illuminé ou de fêlés (ce qui est, en somme,  un compliment !… Ne laissent-ils pas passer la lumière, selon Michel Audiard ? ) afin de nous décrédibiliser et de garder le contrôle sur le connu, le « réel ».
 
Vous qui faites partie de mon réseau, je suis sûre que vous savez de quoi je parle. Si ce n’est pas le cas et que je vous dérange, merci de vous désinscrire de mes listes, mes appels à l’amour et à la solidarité ne s’essouffleront pas. Vous qui faites partie de ma communauté, je sais que vos rêves et vos aspirations sont essentiels à vos vies et que ce sont eux qui donnent du sens à votre quotidien.

J’ai fondé l’École des Mystères du Féminin, les Éveilleuses, en 2019. Je ne savais pas alors à quel point elle viendrait s’inscrire à point nommé dans la société malmenée de 2020. Cette école a pour intention de recréer des communautés de femmes engagés dans leur mission, libres, capables de s’exprimer sans honte, sans peur, avec finesse, compassion et intégrité. Cette école des Mystères est une véritable école de sorcières ou de magiciennes, cela dépend du regard qui s’y pose. C’est un lieu où les femmes se réunissent comme à l’époque de la grande poétesse, l’une de mes inspiratrices, Sapphô, qui, sur son île de Lesbos, avait fondé une institution pour enseigner aux jeunes femmes l’art d’aimer et d’exprimer leurs talents personnels. L’école des Éveilleuses du Féminin est un lieu où les femmes s’affirment pleinement dans leur voie personnelle pour exprimer leur Magie dans leur monde et participer à son Éveil, refusant – avec bienveillance – de se taire, d’oublier, de se courber. Une école de sorcières, une école d’initiées, une école de femmes souveraines qui refusent de se soumettre par facilité ou confort, qui refusent de se conformer par peur, qui refusent de ne pas vivre la vie pour laquelle elles sont nées. C’est, au fond, un véritable acte politique et de foi que de s’inscrire dans un mouvement collectif qui porte nos valeurs. C’est un véritable gage d’amour pour soi-même et pour la société que d’oser découvrir et incarner sa Magie Personnelle.
 
La question à adresser à nos dirigeants serait finalement celle-ci : Est-ce que l’Amour de soi et celui pour le monde sont-ils eux aussi devenus… Non essentiels ?
 
Si vous êtes prêtes à incarner l’Éveilleuse que vous êtes dans ce monde, rejoignez-nous. Ou bien rejoignez la communauté qui vous appelle. Ne restons plus seuls. L’initiative « Trace ton Cercle » qui invite les citoyens à se réunir les dimanches et à tracer un cercle de solidarité autour d’eux, l’a démontré en Belgique depuis quelques semaines : nous avons besoin de joie, de foi, d’actes de confiance et de rassemblement. Isolés, nous perdons le lien avec notre intuition et notre bon sens. Retrouvons-nous par tous les moyens : virtuels ou réels, tout en respectant bien sûr les besoins et les croyances des autres. Mais en se respectant soi-même également dans cette équation : il est temps de VIVRE en conscience, avec passion et engagement, et que cela se sache !

Le monde a plus que jamais besoin d’Éveilleuses, prêtes à ré-offrir les initiations auxquelles notre âme et la société en vide de sens appellent.

Si vous êtes prête à vous engager dans un processus de transformation profonde vers la Femme Initiatrice, co-créatrice d’un monde nouveau… cliquez ici : https://www.eveilleusesdufeminin.com/

Qui suis-je ?

Amala Klep Kremmel est autrice et initiatrice pour les femmes. Co-fondatrice du Centre Duo MoonDo, dans le Sud-Ouest de la France, elle y accueille des groupes et individuels avec son mari, afin de les accompagner dans leur transformation individuelle. Amala est la fondatrice de l’École des Éveilleuses du Féminin, école contemporaine des Mystères pour les femmes. Elle est aussi maman, yogini et artiste. 

Ce que je fais

Contactez-moi

15 + 4 =

Mes coordonnées

Adresse

Genval, Belgique

Suivez-moi

Recevez directement votre code d’accès personnel

Votre adresse email :