Aujourd’hui, je voudrais vous partager quelques conseils pour entretenir un dialogue avec ses rêves.

Découvrez dans cet article comment en faire une pratique spirituelle quotidienne…

 

1er conseil : Emettre une intention

Dans ce premier post, je vous invite à dialoguer de façon engagée avec votre inconscient et vos rêves. De la même manière que la loi de l’attraction nous enseigne à nous mettre dans la même vibration que ce à quoi nous aspirons, au même du coucher voici ma recommandation :

Mettez-vous en lien avec votre guide du rêve, vos guides, vos déesses, et précisez votre besoin. Vous avez une question ? Vous devez prendre une décision et ne savez quoi choisir ? Vous voulez éclaircir une relation ? Vous sentez une douleur et voulez savoir si vous devriez être plus attentive à votre santé ? Vous voudriez rencontrer vos proches défunts, une divinité, un guide ?

Demandez, mettez-vous en lien de coeur à coeur, visualisez ce que vous voudriez vivre dans vos rêves cette nuit, ce que vous ressentiriez, et endormez-vous avec ces images qui défilent en vous.

« Endormez-vous avec une Question, réveillez-vous avec une réponse. » Vous connaissez cette axiome ? Elle est l’héritière de siècles de sagesse profonde sur les rêves, les dieux et l’inconscient de l’être humain… À l’époque des Égyptiens puis des Grecs, des temples étaient dédiées aux divinités du sommeil et de la médecine, la médecine du rêve, afin d’obtenir des réponses et des guidances. Des thérapeutes de l’époque étaient présents pour aider les rêveurs et rêveuses à recevoir et comprendre les messages afin d’en appliquer la prescription.

Pour entretenir un dialogue avec vos rêves : émettez une intention ! Au fur et à mesure, la relation deviendra de plus en plus profonde et les messages de plus en plus clairs. Je ne prends jamais une grande décision sans consulter mes rêves. Ils sont mes guides et ma médecine. Et c’est ce que j’ai à coeur de transmettre : vous aussi, vous pouvez laisser vos rêves et votre inconscient imprégner votre vie pour plus de cohérence, d’alignement de votre être et de sens profond. Pourquoi ne pas essayer ? Au pire, vous risquez de rêver 😉

Beaux songes et belles guidances à vous !

 

2ème conseil : Tenir un Carnet de rêves

Je vous annonce une très bonne nouvelle… Je suis en train de finaliser l’écriture de mon prochain ouvrage qui se veut être extrêmement pratique et efficace, juste pour vous… Mon Grimoire de rêves. Avec des étapes pour comprendre vos rêves et les honorer. Ce Grimoire dont j’ai rêvé depuis si longtemps !

Les femmes qui travaillent avec moi me l’avaient demandé… Et j’ai enfin pu poser tout sur la table pour y travailler. Dès septembre, vous pourrez l’avoir entre les mains et commencer à le remplir ! Je suis très excitée de cette belle nouvelle…

Toute rêveuse engagée dans sa vie onirique se doit d’avoir un moyen facile et beau pour y consigner ses rêves. Toute rêveuse engagée connaît le secret du Carnet de rêves et la manière dont il permet de suivre le cours de son évolution de façon très surprenante…

Un des secrets principaux de la mémoire et de la puissance des rêves tient dans leur rédaction disciplinée. D’ici la parution de mon Grimoire, trouvez votre Carnet de rêves ou bien consignez vos rêves dans vos ordinateurs ! Ils deviendront vite vos alliés les plus intimes et vous permettront de plonger dans les eaux passées et futures de qui vous êtes… Pour vous inspirer et vous guider chaque jour, avec des cadeaux et synchronicités quotidiennes.

Et vous, écrivez-vous vos rêves régulièrement ? En ressentez-vous les bénéfices ? Je vous le souhaite et espère y contribuer avec mes ouvrages, mes conseils, mes formations. La fameuse citation prouve que Saint-Éxupéry avait tout compris (si on avait encore besoin de preuves après avoir lu le Petit Prince…) : « Faites de votre vie un rêve et d’un rêve, une réalité » !

 

3ème conseil : Sortir le rêve de l’ombre

Le rêve, comme la sorcière ou le Féminin, ont souffert de siècle de Patriarcat et de pensée linéaire et rigide. Il a été brûlé pendant des siècles. Ce n’est qu’en 1994 en France qu’une loi interdisant l’interprétation des rêves fut abolie ! « Les gens qui font métier de deviner et pronostiquer, ou d’expliquer les songes » purent enfin librement dialoguer avec leurs images intérieures et en parler publiquement.

Nous avons pour la plupart perdu le fil de nos rêves car on nous a fait croire que la rêve et la réalité était deux opposés. De la même manière que le Soleil éclaire la Lune et qu’ils sont intimement liés dans le destin astrologique d’une personne, c’est à notre conscience d’éclairer la Lune de nos rêves. Le rêve, comme notre vulnérabilité trop longtemps associée à de la faiblesse, doit sortir de l’ombre et retrouver sa place sur la scène publique.

Les cultures intimement reliées à la Nature, à la Grande Mère, savent que le rêve est un guide sacré qu’on se doit d’honorer. Que les Anciens et les Esprits communiquent au travers de lui pour nous aider à trouver notre place dans le monde.

Parlons du rêve. Honorons le rêve. Partageons nos rêves ! C’est par l’exemple que l’être humain ose se montrer à son tour. C’est par le partage de nos vulnérabilités que nous formons un Cercle et redevenons soeurs et frères. C’est par l’humilité de se plonger dans ses rêves et du miroir qu’ils nous renvoient que nous évoluons avec un coeur plus grand. C’est agréable de parler d’illumination et d’Éveil en contemplant la nature… Mais c’est autre chose de partir de soi, des images qui vivent en soi et de les accueillir sans jugement, sans prétention, sans artifice pour dire : voilà où j’en suis et ce à quoi j’aspire.

Nourrissez vos rêves et ceux de vos proches. Permettez à vos rêves de faire leur « coming-out » dans un environnement sécurisant où ils seront accueillis ! Et si vous ne vous en souvenez pas toujours… Apprenez encore d’eux grâce à leur absence : patience, humilité, demande, émettre une intention, faire confiance que tout vient au moment juste et quand le disciple est prêt… Voilà en quoi vos rêves peuvent devenir les enseignants de votre vie. Visibles ou moins visibles…

 

4ème conseil : Ritualiser le rêve

Pour que le rêve prenne place dans votre vie et puisse devenir un appui de votre évolution spirituelle et de vos choix quotidiens, il s’agit de faire de ce dialogue avec lui un rituel quotidien.

Je partage souvent dans mes écrits et interviews que le rêve est ma principale pratique spirituelle au quotidien. Grâce à eux, je suis sûre tous les jours d’être en lien avec mes eaux profondes, ce qui se vit en moi, ce qui est à l’oeuvre à mon insu, ou avec mes désirs profondes, mes peurs, mais aussi avec une source d’inspiration inépuisable et toujours d’une justesse parfaitement adaptée à là où j’en suis, maintenant.

Les rêves dans une pratique spirituelle offrent aussi un cadeau fabuleux : l’humilité. Le conscient peut penser être très formidable et abouti, mais dès que la nuit vient, les images intérieures ne mentent pas. Elles nous informent de ce que nous avons encore à mâcher, remâcher, explorer, intégrer, sentir, conscientiser… Demandez à quelqu’un de vous partager ses rêves, vous aurez bien plus de profondeur et de sensibilité sur qui il.elle est que suite à une conversation de plusieurs heures…

Ritualiser le rêve, c’est établir avec soi-même un rituel de chaque matin. C’est pour cette pratique que je suis en train de finir l’écriture de mon Grimoire de Rêves que vous trouverez bientôt aux Éditions Le Souffle d’Or, pour établir une pratique quotidienne avec eux et en comprendre les messages !

Ritualiser le rêve, c’est le considérer comme un guide, un messager, un hôte que l’on accueille dans la demeure du Conscient pour l’interroger sur ses origines, ses messages, ses intentions.

Ritualiser le rêve, c’est s’offrir l’attention et la bienveillance dont nous manquons souvent vis-à-vis de nous-mêmes, pris dans le flot du quotidien. C’est l’assurance d’au moins une fois par jour faire attention à soi et nourrir sa relation avec son âme, ou son enfant intérieur.

Avez-vous déjà une pratique onirique ? Ressentez-vous ses bienfaits sur votre vie spirituelle ? Je vous le souhaite et me réjouis que ces petites graines semées dans ces posts puissent faire écho en vous et vous donner l’envie de vous pencher davantage sur votre fascinant monde intérieur… Fascinant, car vous êtes TOTALEMENT fascinant.e, unique et irremplaçable. Vos rêves le prouvent. Aussi bizarres, absurdes, obsédants, impénétrables, drôles, simples, limpides qu’ils soient.

Tendresses de moi à vous et hommage à vos rêves !

 

5ème conseil : L’ouvrir avec un.e autre

Le propre du rêve est d’être un message écrit sur notre dos, disait Freud. Ainsi, un autre cadeau du rêve est de nous ouvrir l’accès du collectif : c’est par le partage de nos rêves qu’ils prennent leur ampleur et délivrent leurs messages.

Une de mes premières recommandations par rapport au rêve est toujours de dire : partagez vos rêves ! Nourrissez votre relation avec votre proche de la plus grande intimité qui soit grâce au partage de votre vie onirique. Faites-en un rituel et offrez à vos proches cette habitude de se reconnecter à leur monde intérieur et aux messages qu’ils reçoivent chaque nuit…

Le rêve nous offre au collectif : il nous fait découvrir à quel point, deux points de vue valent mieux qu’un ; trois points de vue valent mieux que deux. Dans mes Cercles de rêves, les femmes apprivoisent la voix de leur intuition et s’autorisent, se découvrent des dons de perception, d’empathie, d’écoute… Le rêve de l’autre devient le nôtre. Ses réponses répondent aux questions que nous n’avions même pas encore formulées. Son imaginaire reste gravé en nous comme si nous avions vécu ces images.

Dans ma pratique en tant que thérapeute onirique, je dis toujours « je n’analyse pas votre rêve, je vous accompagne pour l’ouvrir ensemble. » Pour moi, on ouvre un rêve. Avec délicatesse, écoute, sensibilité, attention. Comme la voie du Féminin nous y invite, précautionneusement, comme un papier qui se déposerait sur notre main et qu’on aiderait par un souffle à reprendre son envol. On ouvre le rêve en l’observant, en le faisant résonner en soi, en écoutant ses respirations, ses couleurs, ses émotions. On le découvre comme un petit être naissant dont on apprivoise le visage et les traits.

Le rêve nous apprend à être : dans l’écoute de soi et de l’autre. Offrez-vous ce cadeau de présence, à vous-mêmes et à ceux qui vous sont chers. Écoutez leurs rêves… Comme un cadeau partagé. Même si rien n’est clair, même si tout est flou. Recevez, remerciez, et dites ce que cela vous fait ressentir de l’écouter !

Belles intimités et partages à vous.

 

6ème conseil : Développer une créativité onirique

Le rêve nous inspire à développer nos approches pour le rencontrer. Comme il est fait d’images et de sensations, il convient de l’approcher par notre hémisphère droit, notre part intuitive et créative.

Chaque rêve demande une approche différente. Chaque rêve appelle à sa propre façon de l’aborder.

Méditation onirique, danse, théâtre sacré, chant intuitif, peinture onirique, écriture créative, partage dans un cercle de rêve, avec un.e thérapeute onirique, sculpture, mandala dans la nature…

Pour comprendre votre rêve, le mieux est de ne pas chercher à le comprendre… Mais à le vivre. Aller à sa rencontre comme un petit être qui vient de naître pour découvrir dans son regard le message dont son âme est porteuse. Respirez votre rêve. Laissez-le entrer en vous à nouveau… Demandez-vous comment vous le partageriez si vous étiez muet.te ?

Vivre son rêve est la voie spirituelle du rêve : en le rencontrant par le corps, le coeur et les sens, il trouve naturellement son chemin vers l’extérieur pour s’imprimer dans votre vie et y inscrire de nouvelles dynamiques.

Que vos prochaines méditations vous conduisent à vos rêves, et que ceux-ci vous ouvrent pleinement à la créativité divine qui n’attend qu’à s’exprimer au travers de vous !

 

7ème conseil : Marcher son rêve… Tout un programme

Mon amie et collègue Marianne Grasselli Meier avait partagé cette citation magnifique dans une interview pour l’École des Mystères du Féminin, les Éveilleuses :

« Marcher sa parole ».

C’est une dimension essentielle pour moi. Être intègre par rapport à ce que l’on propose, avoir exploré et intégré ce que l’on offre, parler de vécu ou non juste pour remplir.

Le jour où l’on marche sa parole, l’on devient Éveilleuse. Car notre parole mise en terre sème naturellement ses graines sans volonté excessive, sans efforts démesurés.

Ainsi, nos rêves à leur tour nous demandent à marcher les messages qu’ils nous transmettent.

C’est bien beau de comprendre tous ses rêves et de les décortiquer… Mais s’ils ne s’inscrivent pas dans notre réalité, cela n’a aucun sens, ou peu, de s’y connecter. Cela nous coupe de la réalité au lieu de nous y inclure. Nos rêves demandent à ce que nous devenions engagées dans notre vie et pour le monde.

Marcher son rêve, c’est agir et être inspirée après l’avoir contacté. C’est prendre de nouvelles décisions, suivre de nouvelles inspirations, changer de regard, écouter son intuition et la laisser nous guider… Marcher son rêve est ce qu’il me tient le plus à partager par rapport à lui. Tant que vous ne marcherez pas votre rêve, vous serez ces rêveuses passives que la société patriarcale déplore. Marcher son rêve, c’est comme le dit si bien Friedrich Nietzsche :

« On voit a la démarche de chacun s’il a trouvé sa route, l’homme qui s’approche du but ne marche plus, il danse. »

Et vous, dansez-vous vos rêves et votre vie ? Quand est-ce la dernière fois qu’un rêve vous a mis le coeur en joie et a guidé vos pas ?

 

8ème conseil : Dissoudre la frontière entre les deux mondes

Savez-vous pourquoi nous nous sentons si souvent coupées de notre magie, divisées, tiraillées, éparpillées ? Parce que nous avons séparé le jour de la nuit. Le succès de l’échec. La raison de l’intuition. Les hommes des femmes. La tête du corps. Le réel des rêves.

Combien de fois par jour pensons-nous : « Ce n’était qu’un rêve, ce n’est pas la réalité. Arrête de rêver. Au travail, cesse de divaguer. Si seulement… Je ne pourrai jamais. Il faut te reprendre. Je ne suis pas capable. »

C’est parce que la société moderne a tué le rêve qu’il ne vient pas si facilement nous inspirer de nuit et parfumer nos âmes pour mieux nous guider. C’est parce que nous doutons de tout ce qui n’est pas étiqueté et pesé, que nous vaccinons, cadrons, séparons, attaquons, interdisons.

Il existe un secret bien gardé, celui des âmes initiées… Voulez-vous l’écouter ?

Si vous parvenez à dissoudre les frontières entre les opposés, et trouver un équilibre juste pour vous, vous deviendrez reines et rois, ceux-là même qu’on décrit dans les contes et les légendes.

Dissoudre la frontière entre le réel et l’imaginaire. Le féminin et le masculin. Le mental et le rêve. Voulez-vous essayer ? Écoutez votre rêve de la nuit et voyez comment il va transformer votre journée. Comment il va l’inspirer, le conduire vers une voie inconnue, nouvelle, réjouissante.

La nuit dernière, j’étais la Déesse aux serpents, allongée sur la plage d’une crique, la mer léchant mes pieds. Seule, sur une comète sur laquelle j’ai demandé de m’exiler pour ne plus subir les attaques sournoises que je vis sur la Terre. Mais l’une de mes assaillantes me retrouve et je comprends que le déni et la fuite ne vaincront pas. Seuls l’amour et la confiance, à l’image de cette Déesse allongée sur le sable, vulnérable et exposée, seront ma protection contre mes propres peurs.

Respirer cet enseignement. Respirer cette image. Comment cette sensation d’être allongée sur le sable, nue et exposée va-t-elle changé ma journée et mes prochains jours ? Comment ce rêve va-t-il me permettre de transformer mes peurs pour y distiller de la confiance et de la sérénité ?

Rappelez-vous : à chaque instant, vous avez le choix de dissoudre les frontières. À chaque instant…

 

9ème conseil : Garder l’esprit du débutant

Un conseil si essentiel avec les rêves : savoir à chaque instant que nous ne savons rien.

Je travaille depuis des années avec les rêves… Depuis mes premiers carnets de rêves que je tenais petite fille secrètement, en les dissimulant tant je sentais que leur contenu était précieux. Et chaque jour qui passe voici leur enseignement principal : à chaque rêve, c’est un nouveau monde qui s’ouvre. À chaque rêve, je m’ouvre à l’inconnu et je pars sans a priori.

Au plus on évolue sur son chemin spirituel, au plus cette phrase prend tout son sens « l’esprit du débutant ». Vous savez quelles femmes j’admire particulièrement ? Celles qui malgré un chemin et une expérience admirable, continue de s’émerveiller, d’exprimer avec enthousiasme leur gratitude, leurs découvertes, leurs prises de conscience. Ces femmes qui ont su garder leur regard d’enfant et qui savent bien que la vérité sort de leur bouche.

Le rêve nous offre à cela : chaque matin, nous devons aller à leur rencontre, nue, sans a priori, avec foi et curiosité. Comme un enfant qui déballe un cadeau en disant : « Oh mais c’est quoi ça, c’est génial ! ».

Évidemment, au fil des années, j’ai développé une méthode qui permet d’en comprendre le sens. Ces accès que je vous partage dans mes livres et mes formations (voir « la rêveuse éveillée » dans ma bio, programme 100% en ligne pour comprendre ses rêves) sont des moyens d’apprendre le langage du rêve pour communiquer directement avec lui et voir à travers ses yeux.

Rien d’établi, de figé, de permanent. Chaque rêve comme chaque être humain a son histoire, son vécu, son mystère. Si nous avions la sagesse d’aborder chaque rencontre avec le même esprit du débutant, de cette curiosité qui dit : « Mais qui es-tu, quelle est ton histoire, quel est ton message ? »… Je suis convaincue que le monde serait très différent.

Les rêves sont mes plus grands enseignants. Ils m’enseignent chaque jour humilité, simplicité, authenticité. Auprès d’eux, je me sens devenir pas après pas une meilleure être humaine.

 

10ème conseil : Faire du rêve une pratique spirituelle quotidienne

Si la voie de l’Éveil devait se résumer en une phrase, elle serait pour moi celle-ci : « Je ne sais pas. ». Quand on cesse de chercher à définir, on s’ouvre à l’infini du possible et du mystère.

Comme je le dis souvent, être illuminé seul.e dans une grotte, demande un peu d’organisation et beaucoup de discipline, mais c’est abordable. Par contre, vivre une vie dans la société, avec ses interactions, sollicitations, relations quotidiennes… Et garder le lien avec son coeur et son centre, voilà pour moi le véritable exploit.

C’est le cadeau que nous font nos rêves. Nous pouvons prétendre être arrivé.e.s et être libéré.e.s des contingences humaines, mais une fois que l’on se penche sur ses rêves, le miroir ne ment plus. Le miroir nous dit exactement là où ça coince, ça grince, ça pétille.

Les rêves sont mon moyen au quotidien d’entretenir le « Je ne sais pas » souverain et essentiel à une vie équilibrée. Être souveraine, c’est être capable d’embrasser des opposés, et de ne pas se laisser aller à la dérive du jugement, du bascule d’un côté.

Chaque fois que l’on bascule, les rêves nous interpellent. Souvent les femmes croient que parce que je nourris la relation à mes rêves au quotidien, mes nuits ne sont faites que de grandes visions et de rêves baignés de lumière. Si elles savaient ! Chaque fois que l’on me fait la grâce d’un rêve à messages et d’éveil, les nuits suivantes me ramènent dans le concrêt des relations humaines, des blessures non guéries, des rôles auxquels je risque de m’identifier, des espaces en moi qui appellent mon attention et ma présence.

Le jour où tous vos rêves ne seront que pure lumière, alors oui, je viendrai vous reconnaitre comme un archétype divin… et déshumanisé. Car l’expérience humaine nous offre le cadeau de la dualité pour mieux prendre conscience de là où l’on est et de ce que l’on fait. Prendre conscience et être responsable de ses choix et de son vécu ; voilà le cadeau spirituel que nos rêves nous offrent chaque nuit.

Chaque nuit, je rencontre mon maitre spirituel, le Rêve, et il m’enseigne la patience, l’humilité, le recul, l’auto-dérision, la grande vision, l’imagination, la créativité, le désir, la reconnexion avec moi-même. Chaque fois que je crois avoir construit et réglé le problème, il déconstruit et m’offre un nouvel aspect du prisme. Vers le coeur du diamant : celui qui reflète ma multi-dimensionnalité et me rappelle à son coeur, depuis lequel tout a toujours été possible.

J’espère que ces posts vous auront inspirés et donné envie de vous pencher sur ses eaux limpides et obscures de vos rêves… Mon NOUVEAU Grimoire des Rêves « Oh, mon rêve ! » vous accompagnera à leur compréhension dès sa publication au mois d’octobre !

Qui suis-je ?

Amala Klep Kremmel est autrice et initiatrice pour les femmes. Co-fondatrice du Centre Duo MoonDo, dans le Sud-Ouest de la France, elle y accueille des groupes et individuels avec son mari, afin de les accompagner dans leur transformation individuelle. Amala est la fondatrice de l’École des Éveilleuses du Féminin, école contemporaine des Mystères pour les femmes. Elle est aussi maman, yogini et artiste. 

Ce que je fais

Contactez-moi

7 + 8 =

Mes coordonnées

Adresse

Genval, Belgique

Suivez-moi

Recevez directement votre code d’accès personnel

Votre adresse email :